Rechercher
  • Christophe Piton

Protagoras et la validation inconditionnelle

Mis à jour : 27 oct. 2019

Étonnant personnage que ce Protagoras d’Abdère, qui vécut au Ve siècle avant notre ère, dont on sait finalement peu de choses, sinon qu’il fut le premier « sophiste » – avec tout ce que cette profession pouvait avoir de fascinant et de sulfureux –, qu’il séjourna à Athènes et un peu partout dans le monde grec et qu’il fut certainement un des maîtres de Socrate.

On a surtout retenu de lui cette affirmation : « L’homme est la mesure de toutes choses, de celles qui sont en tant qu’elles sont, de celles qui ne sont pas en tant qu’elles ne sont pas ». Sentence humaniste, qui semble inviter au respect de l’opinion et du ressenti de chacun, elle peut aussi, interprétée différemment, signifier que « tout se vaut, et inversement ». Faute de documents, on ne peut savoir précisément ce que voulait dire Protagoras.

Ce que je sais, en revanche, c’est que face aux personnes que j’accompagne, ce principe ancre dans mon esprit que c’est le coaché lui-même qui est la mesure de toutes ses difficultés et de toutes ses solutions, que les problèmes et les solutions qui émergent en entretien doivent être rapportées uniquement à l’individu qui se trouve en face de moi, et que tout posture de jugement nuirait à la qualité de mon accompagnement.

Quel qu’ait été le fond de la pensée de Protagoras, il a, sans le savoir, énoncé quelque chose qui ressemble fort au principe de validation inconditionnelle, qui est l’une des clés de toute relation de coaching.

#coaching #philosophie #protagoras #psychologie #coachingcognitif

©2019 par Christophe Piton Coaching
SIRET 521 719 641 00024